février 2007


Décidément, c’est depuis l’autre coté de la manche que nous viennent les innovations les plus redoutables en matière d’énergie renouvelable. Remarquez… pour les vagues et le vent, ils sont parmi les mieux servis :)

Ce petit bijou s’appelle donc la Quietrevolution (littéralement, la révolution silencieuse)

 

Ses particularités sont multiples :

– Elle est apparemment très silencieuse.

– Elle n’a pas d’axe horizontal et n’a donc pas besoin de se tourner comme une éolienne classique face au vent, ce qui la rend plus robuste et lui permet de fonctionner avec des vents tourbillonnants.

– Le modèle actuel mesure 5m de haut ce qui est parfait pour un jardin particulier.

– Son silence et son aptitude à la génération d’énergie sur des vents tourbillonnants la rend idéale pour les villes et leurs courants d’air extrêmement perturbés.

Le modèle de 5m de haut permet de générer 10.000 KWh par an sur un site dont la moyenne de vent serait de 5,9 m/s, soit l’énergie moyenne pour un foyer.

Dernier petit détail, je la trouve plutôt belle… pas vous ?

L’écologie est à la mode, ça y est…ou plutôt devrai je dire que l’écologie commence a toucher beaucoup de monde et qu’un nombre certains de consciences sont en train de s’éveiller.

En effet une mode est un mouvement futile et sans profondeur, plutôt à base d’oisiveté qu’à base de sérieux.

Le sursaut écologique actuel est donc bien plus qu’une mode, mais l’effet est bien là, en ce moment, c’est flagrant.

Les « bobos » se responsabilisent et deviennent des « bobios », les discutions sur l’avenir de l’humanité s’intensifient dans les bars Lounge, et c’est très en vogue de laver son linge aux noix de lavage indiennes.

Si il y a bien une race de pollueurs qui connaît bien les rouages des effets de mode, ce sont les publicitaires. Paix a leurs âmes, j’y ai quelques amitiés et après tout, entre un métro qui ressemble a un hôpital et un autre avec quelques couleurs et des sous-vêtements par ci par là….bref…vous m’avez compris :) (ceci dit, ma compassion s’arrête là)

Les publicitaires se sont donc jetés sur ce créneau, offert avec générosité par nos esprit crédules et mal informés.

Quand Total tente de nous faire croire que son activité dans le domaine éolien est importante, alors que l’entreprise n’a mis en service en France, en tout, que cinq éoliennes, en 2003 sur le site de la raffinerie des Flandres, près de Dunkerque.

Quand LeroyMerlin tente de nous faire croire qu’ils ont des produits sains, alors que le mot « écologique » tapé sur le moteur de recherche du site leroymerlin.fr ne donne pas un seul résultat.

Des exemples de ce type, il y en a quelques dizaines.

Vous trouverez la totalité de l’étude sur le site de lalliance.fr

Si vous avez la flemme de lire tout ça, l’excellent pourunmondedurable.blogspot.com a concocté une petite vidéo récapitulative des plus gros dérapages.

Je crois que j’ai un petit temps de retard sur ce qu’il est possible de faire avec la dernière version du plugin ShockWave que j’ai bien été obligé de télécharger pour visualiser ce jeu que j’ai trouvé plutôt sympathique.

Le gameplay n’est certes pas fabuleux mais ce qui m’a impressionné c’est la qualité graphique de la 3D.

Si beaucoup d’experts d’internet pensent que la suite logique du web2.0 (le web version 3 quoi !) sera un web2.0 mais en 3D, on peut, grâce a ce type d’application, commencer a croire qu’ils ont raison.

L’objectif du jeu est simple, nous sommes sur un voilier au large de la Bretagne et nous recevons un message de détresse qui nous demande d’allumer des balises autour d’un récif afin d’éviter qu’un pétrolier Maltais (le Gologo) ne s’échoue et ne provoque une marée noire. Il suffit de déplacer le voilier avec les flèches et de heurter les balises pour les allumer.

A vous de sauver les cotes Bretonnes

Radioethic est une « Web radio libre francophone de parole(s), de rencontres, de partage, d’interrogation et de recherche de solutions. RadioEthic fédère des activistes de l’art de vivre dans le respect des générations futures !!!  »

C’est par cette phrase que l’on est accueilli sur le site web de cette seule et unique radio engagé dans ce domaine à ma connaissance.

Fondée il y a un an, RadioEthic est issue de l’initiative d’un couple d’entrepreneurs Monégasques, Evelyne et Jean, passionnés d’écologie, qui y engagent leurs fonds et leur temps libre.

Si l’audience est encore marginale (environs 250 auditeurs par jour) elle est en pleine progression… Normal !

On s’y sent bien, la musique est agréable et variée, souvent bien choisie, il n’y a pas de pub et les émissions, toutes intéressantes, sont disponibles en podcast.

J’ai d’ailleurs eu l’honneur d’être interviewé par Evelyne qui m’a contacté après avoir visité la boutique et le moteur de recherche.
Ca fait sacrément plaisir et ça motive a continuer.

Je tenais à tirer un grand coup de chapeau bas à cette magnifique initiative de radio.

Diffusé le 15 novembre 2005 sur canal+ dans l’émission 90 Minutes, un reportage titré « Les OGM sont ils dangereux ? » recircule depuis quelques temps par mail. L’ayant reçu 2 ou 3 fois en quelques jours j’ai pensé qu’il serait intéressant de le présenter ici même.

Les OGM sont ils dangereux ?

Et merci à Dailymotion où j’ai trouvé un autre reportage intéressant, diffusé sur ARTE, sur du SOJA transgénique en Argentique.

(Et merci a Mathias qui, dans les commentaires, pointe un reportage intitulé « Un monde à vendre » que je n’ai pas trouvé sur les moteurs de vidéo classique. Par contre j’ai trouvé un reportage sur un thème identique, diffusé sur Canal+ dans l’émission L’effet Papillon, intitulé « le village des suicidé OGM« )

J’en profite pour mettre en avant un point très intéressant, connu depuis bien longtemps des initiés. L’incroyable influence des grosses sociétés sur les laboratoires scientifiques comme sur les commissions gouvernementales.

J’ai d’ailleurs retrouvé un autre très bon reportage que j’avais vu il y a quelques années, au sujet des GSM. On y retrouve quasiment le même type de phénomène.

GSM danger

Ceux qui croient encore que dans notre société, nous autres, les citoyens, sont protégés par un principe de précaution quelconque lorsque les sommes d’argent impliquées sont à des niveaux équivalent aux chiffres d’affaires de groupes multinationaux, vivent hélas dans le monde des télétubbies.

Ceux qui sont sceptiques et nous croient parano feraient bien de s’informer.

Il vous faudra une bonne heure et demi pour regarder tout ça, le temps qu’il faut pour un bon film, ça vaut le coup…

Tout comme Wikipédia, Ekopedia est un projet d’encyclopédie coopérative c’est à dire que n’importe quel internaute peu créer ou modifier un article.

L’engouement qu’a suscité ce système a bien prouvé que la coopération pour l’information, sur un média interactif, permet de régler en grande partie le problème de la crédibilité qui est posé en permanence lorsque nous lisons un journal, écoutons la radio ou regardons la télé.

De plus, comme l’objectif d’Ekopedia est de recenser, définir et expliquer les techniques alternatives de vie, je me dis que ce site a forcément réuni une communauté d’internautes plutôt engagés qui permet d’envisager une véritable objectivité globale de l’information.

L’accès est bien sur gratuit et son contenu sous la licence Art Libre, donc librement réutilisable.

Le projet en ligne depuis 2002, compte aujourd’hui plus de 1100 contributeurs.

 

La société Ocean power delivery a débuté son activité en 1998 à Edimbourg en Ecosse.

Cette société a inventé un concept révolutionnaire de récupération de l’énergie des vagues. Le principe est simple mais la mise en oeuvre a prit quelques années. Des boudins flottants, relié les un aux autres, activent des vérins hydrauliques sous l’action des vagues.

Comme on peut le voir sur les vidéos disponibles sur le site, la société a fait de fantastiques progrès depuis 1998 et le prototype au 1/80 ième.

Aujourd’hui, le système qu’ils sont en train d’installer au Portugal, à quelques kilomètres au nord de Porto pourra produire jusqu’a 2.25 Méga Watts dès cet été, soit la puissance de 2 éoliennes de taille courante (60 m).

Une « ferme houlomotrice » d’une surface de 1 kilomètre carré d’océan peu produire jusqu’a 30 Méga Watts, soit assez d’électricité pour 20 000 foyers.

Les atouts de ce système sont très intéressant :

  • C’est silencieux et invisible.
  • Un transformateur de la taille d’une cabane suffit pour récupérer le courant sur la cote.
  • Les océans sont immenses et les potentiels d’installation sont énormes.

Je tenais à filer un coup de chapeau a cette société innovante qui vient de lever 13 Millions de Livres (environs 20 millions d’euros) et en profiter pour saluer mon ami Arnaud qui bosse chez eux depuis quelques années et a l’air de bien s’éclater au Portugal :)

Powered by Wordpress
©2006-2018 EkOolos