Bien loin de toutes les discussions de l’élite Internet s’interrogeant sur la pérennité du monde virtuel Second Life, je m’y balade toujours un peu de temps à autre et j’y ai fait la semaine dernière, une bien sympathique rencontre.

Marc Moana, artiste et fondateur d’une association qui mêle art et écologie.

Interview :

EkOolos: Bonjour Marc, de quand date votre association ?

Marc Moana: Nous avons commencé nos activités en juin 2004.

EkOolos: Quel est son but ?

Marc Moana: De proposer des expositions des ateliers des évènements dans tous les domaines de la création contemporaine sur le thème écologie x 3: naturelle, sociale, psychique. Autour de la notion d’art transactionnel.

EkOolos: Vous avez donc déjà organisé des expositions ?

Marc Moana: En IRL(1) oui déjà pas mal et ici une pour le moment.

EkOolos: Où êtes vous basé IRL ?

Marc Moana: A Moulins dans l’Allier.

EkOolos: Depuis quand êtes vous sur Second Life ?

Marc Moana: Depuis 4 mois, je pense que nous sommes la première association française à s’installer sur Second Life.

EkOolos: Second Life sera donc aussi l’occasion d’organiser des évènements, qu’avez vous imaginé ?

Marc Moana: Nous allons lancer prochainement un concours international d’architecture écologique afin de sensibiliser autour de ces notions. Il sera doté d’un prix. Nous proposerons ensuite la réalisation qui aura remporté le concours en freebie, c’est à dire gratuitement pour tous.

EkOolos: Nous parlons d’architecture Réelle ou virtuelle ?

Marc Moana: c’est un concours d’architecture sur Second Life donc virtuelle, nous avons déjà montré de l’architecture écologique réelle dans des précédentes expos à Moulins. Il sera ouvert à tous et international, que l’on soit architecte ou pas

EkOolos: Des photos des expos sont disponibles sur votre site ?

Marc Moana: Oui bien sur, regarde à bio architecture je crois. On montre des réalisation créées en Autriche, très en avance sur nous dans ce domaine

EkOolos: Ok. Sinon en quoi consiste exactement l’architecture écologique virtuelle, et quels seront les critères de sélection ?

Marc Moana: Les projets devront proposer des innovations tant au niveau technique que sur les matériaux employés, bien sur il s’agit de « virtuel » alors cela devra être rendu « visible » et que cela ne reste pas purement conceptuel. Il faudra aussi de l’innovation aussi au niveau du style, c’est de l’architecture contemporaine.

EkOolos: Tu m’as parlé d’art transactionnel, j’ai cru comprendre que cela consistait à de la co-création d’œuvre, c’est ça ?

Marc Moana: Oui c’est ça, on est encore au début de la concrétisation d’œuvre transactionnelle. En fait pour nous l’art ne doit pas juste se donner à voir, que le public ne soit pas que « consommateur », mais que l’artiste accompagne chacun dans une co-création, que l’art devienne une expérience à vivre.

EkOolos: Je suis assez novice en Histoire de l’art, cela n’a t il jamais existé avant ?

Marc Moana: Ah bonne question, l’art n’est qu’une continuité. Pour faire rapide disons que les artistes ont commencé à s’interroger sur l’acte de créer en fonction de l’évolution de la société. Disons qu’avant le début du XX ième siècle on était plus dans la représentation. C’est avec les impressionnistes que les peintres ont changé leur façon de peindre en fonction des innovations de la société, des techniques, avec le cinéma, l’électricité….

EkOolos: Et par exemple aucun d’entre eux n’a jamais eu l’idée un jour de dire : Et si je peignais un tableau avec un autre ?

Marc Moana: Ce n’est pas tant l’idée de peindre avec un autre mais plutôt que l’artiste accompagne chacun dans un processus de création, avec ce qu’est la personne, cela peut être ses difficultés, ses blocages…etc..

EkOolos: Ok, je vois. Il n’y pas qu’un autre, il y a une multitudes d’autres.. le public..

Marc Moana: oui c’est pour cela que l’on parle d’art transactionnel transdisciplinaire. On est dans le champs de l’art mais aussi du social, de la science, du politique, dans une vision globale et interdépendante.

EkOolos: Et donc cet art n’est devenu possible qu’avec l’essor d’Internet et du web2.0 ou le modèle de co-création de valeur commence a être connu et reconnu.

Marc Moana: Il est vrai que les technologies numériques permettent de concevoir des dispositif interactifs et ouvrent des potentialités. Mais on peut faire de l’art transactionnel avec n’importe quel « média » de la terre, de la peinture, ….Ce n’est pas tant la technique qui compte mais le processus.

EkOolos: Cela reste un concept très récent quoi qu’il arrive, n’est ce pas ?

Marc Moana: Il n’y a pas , à ma connaissance, de personne qui a déjà utilisé cette notion, AIRE est un laboratoire de nouvelles façons de créer.

EkOolos: Peut on parler un peu de vous maintenant ? votre parcours ?

Marc Moana: Oui

EkOolos: Vous étés vous même artiste ?

Marc Moana: Oui, je suis artiste multimédia. Je fais des installations et j’accompagne mes créations de réflexions théoriques. ce sont ces réflexions qui m’ont amené à créer AIRE, j’en suis le porteur du projet. L’association Artefact en est la structure administrative. Je considère AIRE comme une création artistique à part entière. Je pense que on peut utiliser les processus que les artistes utilisent en les transportant dans d’autres domaines, le social, la science, etc… et inversement. En fait je ne partage pas la vision de l’art disons « commune »

EkOolos: d’où ma dernière question : L’écologie psychique, c’est quoi pour vous ?

Marc Moana: Comprendre comment chaque acte à des conséquence non seulement pour soi mais aussi pour tous, et savoir que l’on peut modifier ses comportements en co-création avec les autres

EkOolos: Merci Marc et bonne continuation :)

Le prochain évènement, fin Mars, présentera le travail de 2 artistes, autour de l’année polaire internationale. Ils sont actuellement à Caracas et interviendront sur Seconde Life à Aire pour une rencontre avec les visiteurs.

Toutes les informations sont disponibles sur aire-europe.org.

(1) IRL. In Real Life, dans le monde réel.