Tous les articles sur : jeux, arts et loisirs




Il y a, parmi tous les jeux Flashs que l’on trouve par-ci par-là en gambadant sur la toile, quelques perles qui s’avèrent être très vite des mangeurs de temps, des bourreaux de productivité et des faiseurs d’autistes.

Fantastic Contraption est différent. Il a beau revêtir ce caractère obsédant que les geeks connaissent bien, il est pourtant, de par nature, assez peu addictif et rien que pour ça, il mérite d’être connu.

Fantastic Contraption est un jeu de construction élaboré avec un moteur physique incluant la gravité, les frottements, l’élasticité des matériaux…Etc…

Pour chaque tableau, il faut amener un objet jusqu’à un espace défini par une zone rose, en utilisant à volonté et selon son ingéniosité les 5 éléments à dispositions :

– 3 types de roues . deux motorisées tournant dans un sens et dans l’autre et une non motorisée. Elles ont une attache centrale et 4 attaches aux points cardinaux.
– 2 types de segments, l’un bleu, pouvant se croiser avec les autres objets et l’autre plus robuste ne pouvant croiser que les segments bleus. Les 2 bouts sont des attaches.
Passé les 20 premiers niveaux gratuits, le site demande un paiement de 10$ via Paypal mais je garanti que ça vaut vraiment le coup.

On a alors accès a des milliers de tableaux créés par la communauté de joueurs, car le système inclut un éditeur. Mais on a aussi et surtout accès aux solutions de ceux qui décident de les publier.

C’est vraiment marrant de voir a quel point on a pu se donner un mal fou a trouver une solution alors qu’une toute simple existe, et vice versa. De découvrir des solutions hyper-farfelues ou hyper-ingénieuses. On découvre des systèmes qu’on aurait jamais imaginé pouvoir faire avec ces 5 éléments et finalement on se prend a fabriquer des contrepoids, des cordes, des catapultes, des ponts extensibles, des chariots, des multiplicateurs de puissance moteur…. Je vous laisse découvrir tout cela !!
Voila un jeu agréable et calme, plein de surprises, simple à prendre en main, faisant bien travailler les neurones, riche d’une communauté active et le tout ça dans un graphisme sobre et planant, ça se passe en effet dans les nuages :)

A mon sens, un jeu éthique et pour tous les ages.

Fantastic contraption

Et ça ne va pas être facile :)

GTA4, le jeu le moins éthique du monde consistant à voler des voitures, accepter des missions de gangster et grimper dans la hiérarchie de la mafia, tente un coup marketing (et d’ailleurs ça marche, j’en parle)

Dites moi si je me trompe, mais d’un autre coté, je vois aussi un moyen de sensibiliser les gameurs aux problèmes du réchauffement climatique en utilisant une communication qui leur parle directement.

Action et musique cool avec le slogan : « Low emissions + Hot style » je trouve ça intéressant.

Le coté ultra violent ne plaira sans doute pas à tous les parents, d’un autre coté, c’est aussi pour ça que ce jeu marche bien…bref !!

J’ai récemment trouvé deux jeux sur l’écologie. Bien qu’ils soient datés, l’information restent à jour.

Tout d’abord, il y a le jeu d’Honoloko qui consiste à choisir des décisions qui influenceront l’avenir par des questions à choix de réponses. Bien entendu, pour ne pas faire durer infiniment le jeu, les effets de ses actions sont visibles immédiatement. Les graphiques sont de basse qualité mais le jeu contient un bon nombre de questions. Au bas de la page, il est possible de voir si nous avons les bonnes réponses ou non. En rejouant, vous vous apercevrez que les questions posées ne sont pas toutes les mêmes. L’interaction est minime. Si vous apparaissez dans les 10 premiers du classement, faites-nous le savoir !
Un conseil : Éteignez le son de vos haut-parleurs avant de jouer à ce jeu… La musique est atroce.

En second, je vous présente Écoville, un jeu de simulation. Nous sommes le maire et nous devons construire notre ville avec des critères de déchets, de pollution et d’énergie. On peut augmenter notre population, voir la gestion de notre ville, etc. Les possibilités sont nombreuses et le jeu nous permet même de sauvegarder des parties pour les reprendre une autre fois. Il y a quatre objectifs possibles à atteindre sur un choix de quatre cartes différentes qui modifient le relief du terrain. Deux autres modules sont aussi intéressants. Celui des fiches pédagogiques et l’autre des réflexes planétaires.


Au final, on considère bien que peu d’intérêt ont été apporté à la création de ses jeux. Malgré tout, un effort a été fait pour aider à l’information et à la sensibilisation des gens sur les thèmes de l’écologie, de la consommation responsable et des problèmes environnementaux. Petit à petit, on s’en vient à créer des jeux interactifs sur l’environnement avec de la qualité. Plus ils seront complet et plaisant, plus ils auront d’impact et toucheront un maximum de gens.

Prendre le vélo au lieu de la voiture, éteindre systématiquement les lumières et les appareils en veille, économiser l’eau, trier et gérer plusieurs poubelles… La vie quotidienne écolo peu parfois paraître contraignante, ces petits gestes indispensables sont souvent des entorses au luxe et à l’idée que l’on peut se faire du confort total dans lequel on aurait parfois envie de se laisser aller pour déstresser complètement et s’oublier 5 minutes.

Un peu comme le jeu Les Sim’s, qui a réussi a prendre en compte certains aspects contraignants de la vie quotidienne, comme le fait de prendre soin de soi ou de visiter parfois les toilettes au risque d’avoir du mal a évoluer, Eco-ego, petit jeu en Flash, vous oblige a trouver un équilibre entre l’écologie et le stress lié aux contraintes.

Par exemple, vous aurez le droit de mettre l’air conditionné si il fait beaucoup trop chaud, mais bien sur, inutile de le régler pour qu’il fonctionne au maximum. Quelques degrés en moins sont largement suffisants.

Si cet aspect du jeu peut peut-être fâcher quelques extrémistes, il peut aussi, avec un peu de chance, réconcilier quelques inconscients jemenfoutistes avec certains gestes simples. En tout cas c’est frais, agréable et ça vient du Japon.

Un mini-site du groupe Marcel et son orchestre où l’on retrouve le clip du titre « CO2 » et quelques explications.
http://www.marceletsonorchestre.com/minisite/index.html

Rien que ça :)

La vouivre du Loc’h Ness alias Nessy Lupino, militante anti OGM (entre autre) officiant sur Second Life, inaugure son QG online sur l’île de Libertalia (qui n’existe plus), le Weekend du 16 et 17 Juin.

Au programme :

samedi 16 juin

  • 21h30 une action flash « OGM NON ! ».
  • 22h00 NUIT ELECTRO avec DJ RedRum (DJ Kuebin dans la First Life) et 2 guests.

Dimanche 17 juin

  • 17h00 une performance de Singuart Ballinger, artiste existentialiste.
  • 18h00 Film, information et débat sur les OGM.

Cela fait bien quelques années que je ne Geeke plus le Samedi soir, mais une soirée Electro… Miam ! (surtout après avoir écouté le mix de Kuebin disponible sur son myspace) !

Pour commencer un MMORPG (Massive Multiplayer Online Role Playing Game) est, comme son nom l’indique, un jeu de rôle massivement multijoueur. En clair, on y crée un avatar et on évolue à notre gré dans un monde virtuel permanent où l’on peut potentiellement interagir avec tous les autres joueurs connectés à cet instant. Ces univers existent depuis déjà de nombreuses années. Je me souviens de ma première connexion à la Quatrième Prophétie (T4C) il y a bien 7 ans de cela.

D’ambiances plutôt futuristes ou médiévales fantastiques, ces mondes ont fortement évolués. Plus beaux, plus complexes, plus jouables, plus grands avec des serveurs pouvant accueillir de plus en plus de joueurs en même temps…etc…(Ainsi que plus énergivores hélas)
Aujourd’hui, les plus populaires sont Second Life, World of Warcraft, Eve Online ou Star Wars Galaxy. Pour info, je joue un peu en ce moment au Seigneur des Anneaux Online, si cela intéresse certains d’entre vous, j’y évolue sous le nom de Elvico sur le serveur « Estel ».

« Dans la lignée de la tendance naissante des jeux éthiques SOS-21 est le fruit d’un projet de longue date qui porte sur la thématique du développement durable. Son but est de sensibiliser et d’impliquer les joueurs aux 3 dimensions du développement durable (sociale, économique, environnementale) au travers de leurs actes quotidiens dans un monde virtuel. Par le truchement d’un avatar auquel le joueur fait vivre en ligne des scènes de la vie quotidienne, il permet de comprendre les défis logistiques et techniques liés à son comportement, de pouvoir agir en conséquence, à la maison ou tout près de chez lui, en individuel ou en tribus, et comparer ses actes à ceux des autres, sur des critères pertinents et à l’échelle de nombreux usagers. »(source : SOS-21).

L’immersion se passe donc dans un univers parallèle au notre, car il semblerai d’après la démonstration disponible sur le site, que l’on puisse choisir notre région de vie sur une carte de France. Connectés, nous serions virtuellement confrontés à la vie quotidienne sur des problématiques de développement durable. En somme, cela ressemble fortement au jeu Sim’s Online en version écolo. (Sim’s Online étant la version massivement multijoueur du très connu Sim’s. Il n’est pas disponible en Europe pour le moment).
Hélas, l’impression que j’ai en évoluant sur le site n’est pas très bonne. Ayant déjà suivi la sortie de nombreux univers en ligne, je pense ne pas trop m’avancer en disant que la date annoncée de lancement à l’été 2007 me semble très optimiste.

Un monde virtuel unique ou des milliers de personnes se connectent et interagissent nécessite de nombreux mois de tests. Le seul et unique moyen de tester et de finaliser un jeu massivement joueur est de passer par une longue période de bêta-test où des milliers de joueurs volontaires se connectent pour évoluer dans l’univers et ainsi faire remonter les problèmes. Il faut donc un site web adapté à la gestion des bugs, des forums pour que joueurs et développeurs débattent sur des sujets tels que les évolutions possibles, le gameplay, les problèmes rencontrés…Etc…

Bref, la sortie d’un tel univers nécessite beaucoup d’énergie et de volonté (et beaucoup d’argent). De plus, je me suis inscrit il y a quelques mois de cela, je n’ai jamais rien reçu, ni newsletter, ni confirmation..rien..

Dommage, l’idée est intéressante, j’espère que le projet ne finira pas à la poubelle.

Quelqu’un ici en sait il plus que ce qui est écrit sur le site ?

L’incroyable paradoxe de la publicité, c’est que non seulement le prix de celle ci est répercuté sur le prix payé par les clients (nous) mais qu’en plus ce sont eux même qui la subissent par de la pollution visuelle et sonore dans les médias ou dans la rue. En gros, ça parasite la vie et ça la rend plus chère… Bravo !

Alors ajoutez à ce marketing de masse : un monopole de quelques gros, une intégration à l’industrie du divertissement, la recherche du profit à court terme et vous obtenez : la musique ! « Ha bon ? pourtant on m’avait dit que c’était un art ! »

Un art oui, sensé être de création, de patience, de liberté, de passions, d’échanges, de ….!

Revenons sur terre. C’est bien joli tout ça, mais de l’artiste au client en passant par le distributeur, il faut bien que tout le monde s’y retrouve, et lorsque c’est le cas, et que personne ne s’engraisse honteusement au beau milieu du processus, on dit que c’est « équitable ».

Reshape-music est la première structure de production et de distribution de musique en Europe à intégrer des principes équitables vis-à-vis des artistes et du public.

Là où dans le modèle classique, L’artiste gagne 3% des ventes de ses oeuvres et la maison de disque 62%, chez Reshape-music l’artiste gagne 50% et la maison ne se garde que 21%.

Autre point intéressant, ce sont les internautes qui décident, au travers d’une échelle, du prix d’achat de la musique, après une écoute intégrale, à la demande.

Enfin, et pour finir, est mis à la disposition de l’artiste des outils technologiques innovants et différents type de médias numériques : diffusion vidéo et audio en podcasting, un blog dédié et la possibilité pour les internautes de suivre leurs actualités via des flux RSS.

Il est possible d’écouter une sélection de morceaux grâce au plugin radio.blog sur la colonne de gauche du site.
Reshape-music offre donc un univers interactif et équitable aussi bien pour les artistes que pour les clients, on est a l’opposé du rayon CD d’un centre commercial de base. Les amateurs de musique ont une nouvelle possibilité de ne plus être des moutons neuneus ou de dangereux délinquants du téléchargement.

La musique a maintenant elle aussi un modèle de consom’action, et je ne doute pas une seconde qu’elle n’en profitera pas.

Le photographe Chris Jordan a mené un projet spectaculaire. Mettre des chiffres de la société de consommation Américaine, en image.

Si je vous dit par exemple qu’aux Etats Unis, chaque heure, 10000 avions survolent le pays… Ou que chaque jour, 465 000 téléphones portables sont jetés…

Regardez ce que ça donne, ça se passe ici et le projet s’appelle : « Running the numbers ».

Cliquez sur chaque image pour déclencher le zoom progressif.

Source : ecolopop

Ce Week-end a été riche en évènements pour les cyber-écologistes. L’association AIRE (Voir cet article du 17 Mars) a organisé dimanche 22 Avril, dans le monde virtuel Second Life, une journée d’action contre le nucléaire.

Sur 4 terrains différents, des dizaines de barils de déchets radioactifs étaient prêts à exploser lorsque les visiteurs les bousculaient.

Il faut savoir que dimanche 22 avril n’était pas que le jour du premier tour des élections présidentielles, c’était aussi la Journée de la Terre.

Plus d’informations sur le blog de Nessy.

Edit : Un participant, Merlin Tilling, a réalisé un clip. Musique Mère Terre par Original 8000 One Prod.

Page suivante »

Powered by Wordpress
©2006-2015 EkOolos