avril 2008


Retour aux seventies…. ?

Carrément pas, plutôt une nouvelle énergie pleine d’avenir : La notre !

Explications :

Superbe !

Si il y a assez de monde, l’énergie générée suffit pour la musique et les lumières.

C’est le site ekitinfo.org qui s’y est collé.

Un formulaire d’inscription, une google Map, un moteur de recherche et Zou.. ! Voila une page bien pratique pour trouver les événements partout en France.

Tous les évènements de la Quinzaine

Greenpeace nous propose de voter pour la campagne de pub verte la plus mensongère. Ca s’apelle le Greenwashing !

J’ai voté pour Volkswagen, et vous ?

Jolie pub pour Max Havelaar et bravo à l’agence sixandco pour le travail. Sympa le minisite aussi.
A mon avis ça va bien buzzer là !

Lanceurs de supermarché – Max Havelaar par Max_havelaar

Une énorme vague, un tsunami…Voila à quoi me fait penser l’internet éthique aujourd’hui.

Pourvu que ce ne soit pas un mirage.

Quand j’ai monté le moteur de recherche, fin 2006, l’internet éthique était encore un peu vieillot. Beaucoup de site intéressants en terme de contenu certes, mais souvent pas très sexy et attrayant, peu interactifs (à part les forums classiques).

Depuis, des signes intéressants ont présagé d’un bel avenir :

- Un premier Guide d’achat – comparateur de prix éthique : eco-sapiens

- Une radio en streaming : radio ethic

- Le fameux Ekopedia

- Des projets hyper-innovants comme Tree-nation

J’en passe…

Alors aujourd’hui, quoi de neuf ? petit tour d’horizon des nouveautés du Web éthique :

  • Je commence par monnuage.fr, site de recherche de billets d’avion…Beurk pas l’avion !! Si si, ici on continue de brûler du kérozenzenzen, mais premièrement, d’une manière très agréable (Je trouve ce site vraiment bien fait) mais surtout, deuxièmement, en découvrant en 1 clic vers actioncarbone.org le coût de compensation de votre vilaine balade.
  • On continue avec Goodaction, qui est très vite devenu LA référence en matière de régie pub éthique.
  • On avance encore avec un nième moteur de recherche qui reverse l’argent récolté a des assos : C’est doona. La nouveauté cette fois : c’est que c’est une techno Exalead, le moteur de recherche Français)
  • Je me dois aussi de parler de Wikio qui nous a sorti récemment un classement des blogs dans divers sujets, et il y a l’environnement bien sur. Merci de ne pas noter la chute d’ekOolos au mois de Mars, si vous croyez que c’est facile de tenir un blog à jour quand on bosse sur 3 autres projets :)
  • Et on termine par le comparateur de prix achetezfacile.com, qui se lance dans le shopping éthique. Et je viens d’apprendre que LeGuide allait s’y mettre aussi, sortie prévue cet été. Et dans les pures player éthique, on peut noter la sortie récente d’Inakis

Ces dernières nouvelles ne sont pas anodines, le shopping éthique serait-il en plein boom ?

Le communiqué de Jean-Luc Henry, tel quel :

L’encyclopédie virtuelle Ekopedia.org, référence écologique de l’Internet francophone, s’ouvre sur le monde en lançant son projet dans 5 nouvelles langues (anglais, espéranto, italien, polonais et allemand).

Créé à Québec en 2002, Ekopedia est un projet collaboratif unique qui a permis la création, par des milliers de personnes, de plus de 1600 articles en français. Son objectif est de permettre à chacun de trouver et de partager des solutions pour devenir plus autonomes et agir positivement sur l’environnement. Le projet est conçu autour d’un ensemble de sites Internet (un par langue : http://fr.ekopedia.org, http://en.ekopedia.org, http://it.ekopedia.org…) mettant à disposition des informations structurées autour de 12 thèmes (naître, se loger, se nourrir, se vêtir, se déplacer…) visant à répondre à l’ensemble des besoins des individus. Les visiteurs peuvent contribuer au site en cliquant sur le bouton « Modifier » présent sur chaque page.

Le projet Ekopedia crée depuis maintenant 5 ans un impact très positif sur l’environnement grâce aux connaissances et solutions concrètes (applicables ici et maintenant) qu’il véhicule à des centaines de milliers de personnes. Par exemple, dans les 10 articles les plus consultés, on trouve entre autres : le Puits canadien (système de climatisation naturelle), la Maison passive , Construire son habitat, le Bicarbonate de soude, la Conservation des aliments… En un an (de mars 2007 à mars 2008), il y a eu plus de 2 millions de visiteurs uniques sur le projet (en provenance de 199 pays). D’ailleurs, selon Alexa.com le projet francophone (http://fr.ekopedia.org ) est au niveau mondial un des 5 sites les plus visités dans le domaine de l’écologie.

Grâce à la popularité du projet et en raison du fait que ce dernier est unique au monde, de nombreuses personnes ont sollicité la création d’Ekopedia dans leur propre langue. C’est ainsi que le projet est né en anglais, espéranto, italien, polonais et allemand. À titre d’exemple la version italienne, démarrée à la mi-février, est née de l’initiative de Laurence. Traductrice professionnelle indépendante, Laurence souhaitait donner accès aux italophones à un recueil de solutions permettant de construire un monde meilleur. Laurence contacta les administrateurs d’Ekopedia qui l’assistèrent dans le lancement de la nouvelle version (http://it.ekopedia.org ). Après 1 mois et demi passé sur le projet, de nouveaux contributeurs sont apparus et plus de 150 articles ont été créés (Végétarisme, Toit vert, Huiles essentielles, 10 trucs pour sauver la planète…).

Le projet Ekopedia est avant tout une histoire de coeur. Il réunit des personnes passionnées de communiquer les solutions aux défis écologiques d’aujourd’hui et de demain. Plusieurs milliers de personnes ont contribué et contribuent régulièrement au projet, comme éditeurs ou administrateurs. Certains même y passent régulièrement plusieurs heures par jour. Chaque version (langue) est gérée par ses propres administrateurs (au nombre de 12 actuellement) qui améliorent les articles, luttent contre le vandalisme, accueillent et donnent du soutien technique aux nouveaux arrivants (contributeurs et visiteurs).

Internet ouvre la voie à un nouveau modèle de développement par l’innovation. Il y a dans Internet et dans les espaces de travail collaboratif, une capacité de partage du savoir qui refond l’activité économique elle-même sur des bases de coopération et de gratuité. Plus qu’une encyclopédie de l’écologie, Ekopedia est une mine d’informations et de partage pour quiconque s’intéresse à l’environnement. Un livre lu est un livre qui vit, c’est la même chose pour notre projet. Et bien que les statistiques montrent que ce dernier est déjà une référence pour beaucoup d’entre nous, il reste tant de choses à faire, tant d’articles à créer, tant de personnes à sensibiliser sur les solutions possibles, tant de moyens à mettre en œuvre ici, maintenant, au plus vite. Alors que notre société est en plein bouleversement écologique et qu’Internet devient un média incontournable, il devient essentiel (pour ne pas dire vital) de véhiculer des informations efficacement! Pour nous et les générations futures, le projet Ekopedia est le lieu idéal pour l’éducation et la sensibilisation à l’environnement.

Que vous soyez étudiant, boulanger, architecte, secrétaire, communicateur, penseur, sans emploi, ou encore premier ministre, les solutions existent! Aidez-nous à les diffuser, devenez contributeur du projet http://Ekopedia.org .

À propos de la Fondation Ékopédia

Afin de soutenir le projet Ekopedia dans sa croissance, un organisme à but non lucratif, la « Fondation Ékopédia » a été créée à Québec (Canada) en septembre 2007. Sa mission est de développer des projets novateurs permettant la sensibilisation des citoyens aux solutions écologiques. Une autre manière de soutenir le projet Ekopedia est de faire un don à la Fondation Ékopédia http://www.fondationekopedia.org.

Jean-Luc Henry

http://www.fondationekopedia.org

Je ne sais pas d’où ça sort, mais c’est parfait pour un premier avril :)

La vidéo du « Energy Wasting Day » m’a bien fait marrer. Vive l’humour anglais !

PS : désolé pour les purs francophones, je n’ai pas trouvé de VOSTF sur les sites de vidéo.

Powered by Wordpress
©2006-2014 EkOolos