Tous les articles sur : Consommation responsable




Si vous cherchez toujours des produits écologiques, même pour l’équipement de votre ordinateur, on a déniché le clavier et la souris bambou. Entièrement en bois, ils sont sans fil et ils peuvent être connecté à votre micro ordinateur via le le récepteur USB.

Ce clavier et cette souris en bois apportent un style original à votre cadre de travail et à votre ordinateur, ainsi qu’un confort d’utilisation optimal. Ils sont naturels et écologiques,  antibactériens, et agréables au toucher. Les touches du clavier sont gravées au laser, et par conséquent, elles peuvent durer longtemps contrairement aux  claviers en plastique dont certains ont les touches écrites à l’encre et s’effacent avec le temps.

Pour le faire fonctionner, il suffit simplement de connecter le récepteur USB sur votre ordinateur, et vous pourrez utiliser le clavier et la souris.

Ce clavier en bois de bambou est compatible avec les systèmes d’exploitation Windows 95, 98, 2000, ME, XP, NT, Vista, Win 7, Win 8 et Win 10.

Le clavier et la souris bambou sont fabriqués avec des matériaux de haute qualité qui sont résistants à l’humidité et il peuvent être utilisés quotidiennement.

Sur Amazon, les prix divergent entre 49 et 89 €.

 

Le but de l’autoconsommation est de parvenir à la production et à la consommation de façon locale de l’énergie solaire produite par les panneaux solaires. Il n’est pas visé une indépendance énergétique à travers cette approche, mais  plutôt une réduction de la consommation électrique provenant du réseau ERDF.

Il faut dire que la plupart des installations photovoltaïques qu’on aperçoit sur les toits sont destinées à la revente de l’énergie. Et donc, l’électricité produite à partir de ces panneaux solaires est revendue à ERDF, et ce par la signature de contrats qui ont une durée de 20 ans.

Aujourd’hui, l’autoconsommation est un nouveau concept dont le fonctionnement ne dépend pas forcément des aides de l’État. Il faut cependant noter que les puissances dont on a besoin en autoconsommation ne sont pas aussi importantes que celles raccordées au réseau. Le développement de l’autoconsommation repose sur des bases plus sûres fortement en relation avec les prix du marché.

Pour la mise en place d’un système photovoltaïque en autoconsommation, on réalise le raccordement direct d’un ensemble d’éléments à un tableau électrique, dont principalement un panneau solaire et un micro onduleur. Et lorsque le soleil brille, le panneau produit de l’électricité qui sera convertie en 230V environ par le micro onduleur. Une injection directe de l’électricité se fait au niveau du réseau domestique pour une consommation. Quand il n’y a pas de soleil, l’électricité entière du réseau est consommée. Il faut noter que toute électricité qui a été consommée par ce principe n’est pas prise sur le réseau. Cela dit, des économies seront réalisées sur sa facture d’électricité.

Les avantages de ce système sont qu’aucun déchet ou pollution n’est issu de l’exploitation. Le fonctionnement se fait en silence et vous n’y remarquerez pas de mouvement. On note aussi le fait que les opérations de maintenance soient limitées, et il faut ajouter en outre que les garanties des éléments utilisés peuvent être importantes selon les marques. Il est également bon d’indiquer que l’investissement que nécessite ce système n’est pas important et l’installation des équipements se fait facilement. À ce propos, les panneaux solaires peuvent être posés dans divers endroits comme un jardin idéalement orienté. Vous n’aurez pas besoin non plus de faire une demande de subvention pour profiter de ce système.

Il y a tout de même un petit inconvénient à noter avec cette technologie. C’est le fait que la production de l’électricité en journée soit parfois inadéquate avec les besoins de consommation d’un ménage, avec un pic au zénith.

Lancé le 19 juin 2008 en version béta, Greenzer, le portail de l’éco-consommation, fait aujourd’hui ses premiers pas sur la toile en version grand public.

Si les guides d’achats éthiques sont déjà nombreux sur la toile (eco-sapiens, Inakis, …) Greenzer se démarque sur 4 points intérressants :

– Un large panel de catégories de produits incluant les voitures, l’informatique et bientôt l’électroménager.
– Une technologie permettant de référencer des produits en fonction de 4 critères écologiques : labels et certifications, critères écologiques, principes d’éco-consommation, entreprises vertes et marques éco-responsables.
– Un système de notation de l’éthique (le greenzer score) sur certains produits, permettant en 1 coup d’œil d’avoir un aperçu de l’impact écologique. Le greenzer score est une synthèse de différents labels, certificats et autres systèmes de notations.
– Un site web ouvert aux US dès le départ, accessible à l’adresse greenzer.com.

    process greenzer

    Fondés par 3 jeunes Français diplômés de grandes écoles et forts de différentes expériences internationales, Greenzer ressemble à ce qui pourrait se transformer en une belle « succes story » à la française. C’est bien tout ce qu’on leur souhaite :)

nokia 3110 EvolveUne info lu dans le journal du net

Bouygues Telecom distribuera le Nokia 3110 Evolve

Bon c’est un premier pas, mais a mon avis il y a encore pas mal de chemin.

L’article ne parle pas de recyclage, des micro ondes et de l’électro sensibilité.

Mais bon on ne va pas se plaindre hein ?!

Electronique verte« Vers une électronique plus verte » est le titre du dernier rapport de Greenpeace sur l’écologie high-tech. Paru le 6 Mars 2008, alors que le Cebit d’Hanovre battait son plein, il évalue une vingtaine de produits électroniques représentant la meilleure offre « éco-performante » du marché 2007.

En effet, Greenpeace a proposé à 22 fabricants leaders du marché high-tech de participer volontairement à l’étude en soumettant leurs produits les plus écologiques.
14 des entreprises démarchées ont fourni à Greenpeace les spécifications techniques de 37 produits. Les meilleurs de chaque catégorie (ordinateurs de bureau, portables, téléphones mobiles, PDA) ont été retenu.

Le rapport rend compte de l’évaluation des 20 produits finalement retenus.
L’organisation a décerné une note à chacun, en fonction de trois critères :
– l’utilisation de substances chimiques dangereuses (mercure, PVC, retardateurs de flamme bromés, antimoine, beryllium, phtalates…) ;
– l’efficacité énergétique ;
– le cycle de vie et le recyclage du produit.

And the winner is….Sony avec 3 produits au dessus de la moyenne dans les catégories ordinateur portable avec le Sony Vaio TZ11 (5,29/10), téléphone mobile avec le Sony Ericsson T650i (5,30/10) et PDA avec le P1i (5,10/10).

Hélas, ce sont les seuls produits obtenant une note supérieure à 5/10.

L’autre gagnant est Dell avec l’Optiplex 755 en Ordinateur de Bureau (4,71/10)

Je vous laisse le soin de découvrir les loosers par vous même. On notera tout de même que les évaluations dans la catégorie Console de jeux ont du être annulées, faute de produit. Nintendo et Microsoft ayant décidés de ne pas participer.
Le rapport complet, n’est plus disponible :)

GreenPeace a terminé son enquête sur les matières dangereuses dans les ordinateurs. Oui, je sais, ça date du 23 octobre, mais vaut mieux tard que jamais. ;)

Les résultats démontrent malheureusement que 40% des ordinateurs testés (Dix-huit portables Acer, Aplle, Dell, HP, Sony et Toshiba) comportent du brome pouvant peser jusqu’à 10% du poids total de l’ordinateur. Ceux de Sony sont les moins souillés par ce liquide et ceux de Dell en sont le plus.

De plus, du PVC a été retrouvé dans 44% des ordinateurs (protection extérieur, fils, câbles) et du phtalates dans tous les câbles d’alimentation munis avec les ordinateurs portatifs. Les taux les plus élevés de ce groupe de produits chimiques sont dans les Acer et HP.

On en retient une fois de plus qu’il ne faut pas se fier aux apparences. Si vous êtes sensibilisés aux substances toxiques pouvant se retrouver dans les ordinateurs (portatifs), renseignez-vous plus amplement pour connaître les meilleurs choix.

Au moins, grâce à la directive européenne RoSH qui vise à limiter l’utilisation de six substances dangereuses dans les équipements électriques et électroniques, les fabriquants d’ordinateurs ont sensiblement réduit leur utilisation de plomb, de cadmium, de mercure et de chrome hexavalent.

Sony semble être le plus prêt du but dans l’élimination des produits chimiques toxiques. Apple continue ses progrès après s’être engagé à éliminer toute trace de produits polluants dans leurs produits, d’adopter la technologie d’écran LED, moins polluante et de ne plus utiliser de PVC d’ici 2008.

Rapport de GreenPeace

Photostore developement photo imprim vert

Photostore est une imprimerie basée à Meylan (du coté de Grenoble) qui s’est orentée vers l’impression verte. Pour avoir visité les locaux récemment, je peux assurer qu’ils méritent amplement leur label Imprim’vert.

L’équipe cherche constamment a améliorer les processus, trouver des nouvelles technologies et de nouveaux procédés pour favoriser la protection de l’environnement. Zéro rejet est une règle d’or. Le tri est ultra sélectif, l’encre est végétale et le papier recyclé ou issue de forêts maîtrisées.

Et lorsque, dans la chaîne de production, certains procédés n’offrent pas un niveau écologique acceptable, une veille technologique est mise en place pour remplacer au plus vite le procédé en question.

Exactement comme sur photoways ou photoweb, ses principaux concurrents non vert, on peut bien sur tirer ses photos, mais aussi créer des albums, des calendriers ou des agendas personnalisés. Et bien sur, la qualité est au rendez-vous.

Vous pouvez y aller les yeux fermés, Photostore, c’est du vrai propre et du vrai pro :)

UPDATE : Photostore est maintenant fermé.

Quand Greenpeace décortique l’iphone, ça donne ça :


Analyse de l'iPhone par gpfrance

Pour en savoir plus, c’est > ici <

L’incroyable paradoxe de la publicité, c’est que non seulement le prix de celle ci est répercuté sur le prix payé par les clients (nous) mais qu’en plus ce sont eux même qui la subissent par de la pollution visuelle et sonore dans les médias ou dans la rue. En gros, ça parasite la vie et ça la rend plus chère… Bravo !

Alors ajoutez à ce marketing de masse : un monopole de quelques gros, une intégration à l’industrie du divertissement, la recherche du profit à court terme et vous obtenez : la musique ! « Ha bon ? pourtant on m’avait dit que c’était un art ! »

Un art oui, sensé être de création, de patience, de liberté, de passions, d’échanges, de ….!

Revenons sur terre. C’est bien joli tout ça, mais de l’artiste au client en passant par le distributeur, il faut bien que tout le monde s’y retrouve, et lorsque c’est le cas, et que personne ne s’engraisse honteusement au beau milieu du processus, on dit que c’est « équitable ».

Reshape-music est la première structure de production et de distribution de musique en Europe à intégrer des principes équitables vis-à-vis des artistes et du public.

Là où dans le modèle classique, L’artiste gagne 3% des ventes de ses oeuvres et la maison de disque 62%, chez Reshape-music l’artiste gagne 50% et la maison ne se garde que 21%.

Autre point intéressant, ce sont les internautes qui décident, au travers d’une échelle, du prix d’achat de la musique, après une écoute intégrale, à la demande.

Enfin, et pour finir, est mis à la disposition de l’artiste des outils technologiques innovants et différents type de médias numériques : diffusion vidéo et audio en podcasting, un blog dédié et la possibilité pour les internautes de suivre leurs actualités via des flux RSS.

Il est possible d’écouter une sélection de morceaux grâce au plugin radio.blog sur la colonne de gauche du site.
Reshape-music offre donc un univers interactif et équitable aussi bien pour les artistes que pour les clients, on est a l’opposé du rayon CD d’un centre commercial de base. Les amateurs de musique ont une nouvelle possibilité de ne plus être des moutons neuneus ou de dangereux délinquants du téléchargement.

La musique a maintenant elle aussi un modèle de consom’action, et je ne doute pas une seconde qu’elle n’en profitera pas.

Après 7 ans passé à Kelkoo, le comparateur de prix créé en 1999 et racheté par Yahoo! en 2004, je discutais en décembre dernier avec mon collègue Florent et lui demandait si ça l’intéresserai de bosser sur un comparateur de prix équitable et éthique, en créant une coopérative. Quelques jours plus tard, je découvrais Eco-sapiens.com, le guide d’achat éthique. Et devinez quoi… c’est une SARL SCOP c’est à dire une société coopérative de production :)
Eco-sapiens est donc un guide d’achat à destination des acheteurs qui ont conscience de l’impact écologique et social de la consommation telle qu’on la connait aujourd’hui.

Le site est divisé en 2 volets principaux :

– Eco-ACHAT, un comparateur de prix dédié aux produits «ayant une plus-value sociale ou environnementale». Ils sont triés sur le volet dans des catalogues de différents marchants en ligne français. Le guide se rémunère à hauteur de 5-10% sur le ventes réalisées uniquement, et ne propose pas de deal au clic, ce qui enlève toute ambigüité.
– Eco-INFOS, un portail d’informations sur l’éco-consommation contenant de nombreux dossiers sur les différents éco-labels, des news et de nombreuses informations bien utiles pour bien choisir les produits et les magasins.

Il est important de noter que le but avoué du projet est de réunir l’offre éthique pour la rendre visible et s’adresse en premier lieu aux petites structures, aux petites boutiques en ligne. Eco-sapiens bénéficie d’un très fort taux de confiance chez ces eco-marchants qui oeuvrent très souvent eux même pour l’équité et le sens éthique.
En lisant les pages d’informations sur la société, on se rend bien compte de l’engagement de l’équipe. J’ai discuté hier avec Baptiste, un des fondateurs, il est possible que je leur file un coup de main un de ces jours, ça me ferait extrêmement plaisir :)
Nous allons aussi réfléchir à une plateforme d’affiliation équitable… a suivre.
Et les gars de Kelkoo qui passent sur ce blog, ils en pensent quoi de ce projet ? :)

Page suivante »

Powered by Wordpress
©2006-2018 EkOolos