Vague de licenciement dans l’éolien aux états-unis.

Cette industrie est effet très dépendante de l’argent des grandes banque ou de grandes multinationales.

De plus, les prix de l’énergie ont été fracassé en quelques mois après 1 an et demi d’excès.

Ce sont toujours les plus petits et les plus fragiles qui tombent en premier.

Pendant ce temps, AREVA vends 2 EPR à l’Inde.

Les temps sont dur pour le renouvelable…

Sources :

Lemonde.fr

Le blog énergie

Je recopie (sans son autorisation, mais c’est un forum public) le témoignage d’une certaine “Catherine” sur le forum Oléocène
http://forums.oleocene.org/viewtopic.php?f=41&t=8802

USA : realités vécues de la crise en cours
mardi 27 janvier 2009 (16h51)
9 commentaires

Bonjour,
Tout d’abord, je me présente : Catherine, 42 ans,
Cela fait longtemps que je lis vos forums. Je ne me suis jamais inscrite parce que … ben … intéressée mais sans compétences particulières pour prétendre apporter une quelconque contribution !
Aujourd’hui, je voudrais juste témoigner… pas un avis, pas une contribution “d’experte”, juste un vécu, une réalité !

En 1989, jeune mariés, mon mari et moi décidons de “tenter notre chance” aux USA.
D’abord comme beaucoup, nous faisons des petits boulots (Restaurants, commerces, enseignement…), installés dans le middle west, d’abord dans l’Iowa puis l’Indiana pour petit à petit “construire notre rève américain” et nous intaller dans l’Ohio. Nous trouvons alors un boulot “sérieux” en 1994 dans une des “real-estate” les plus importants du coin (Sibcy-Cline pour ne pas la citer), lui à terme, en tant que “Account Executive” – Insurance Services – (comprenez en gros “agent d’assurance” sur les maisons vendues ) et moi en tant que “Realtor” (comprenez en gros “agent immobilier”).

TRES bien installés, “rève américain” “acquis”, argent facile et sans compter … nous obtenons la nationalité américaine en 1998. 2 enfants naissent alors (aujourd’hui âgés de 9 et 6 ans), de nationalité américaine et HEUREUSEMENT aussi française (mais uniquement parce que mon mari a insisté, à l’époque, pour ne fassions le nécessaire pour celà .Trés honnétement, si cela n’avait tenu qu’à moi, ils n’auraient été “que” américains parce que je ne pensais VRAIMENT pas rentrer en France, un jour). Mes enfants ne parlent d’ailleurs pas le français et ne connaissent pas la culture française …. uniquement limités au virtuel et superficiel US

Tout ça pour die que contraints et forcés par la crise (et là bas le mot “crise” paraît faible), nous sommes rentrés en France il y a 2 mois … et Y RESTERONS !

Pourquoi ?
Je suis sidérée comment en Europe l’information, bien que plus exacte et plus complète qu’aux USA (qui cherche désespérément à cacher la vérité à la population) reste néanmoins trés en dessous de la vérité.

Actuellement, la vérité, est que les USA sont dans un état de délabrement le plus total. A l’exception de la classe la plus aisée (et de plus en plus aisée), soit peut être 10 ou 15 % de la population, le reste est en débacle sociale et économique.

Des millions de personnes sont ou vont être sans ressources ni abri.

Certaines villes sont désertées à 75 % et pas des moindres. A Cleveland, par exemple, il doit rester 1/3 de la population, la ville paraît être une ville fantôme sans plus aucune activité “officielle”. Phoenix en Arizona est pratiquement à vendre en quasi “totalité” comme bon nombre d’autres localités en Californie, au Nevada….

Chaque jour des “convois” de voitures particulière rejoignent les campagnes sur des routes et des autoroutes qui ne sont plus entretenues depuis plusieurs années.

Les aéroports sont à peu prés dans le même état (plus ou manque d’entretien… certains vols sont annulés “par sécurité”, les commandant de bord refusant de se poser sur tel ou tel aéroport… les services de la circulation aériennne “secondaires” sont de plus en plus réduits : plus d’informations météo “exactes”, plus de défense des aéroports contre les oiseaux, trous dans les pistes, végétation non coupée etc… dans ce pays où prendre l’avion est une nécessité et est devenu une “banalité” depuis longtemps.

Les salaires et le chômage :
Les salaires effectifs (donnés par les entreprises aux banques) ont été baissés de 20 à 45 % !!!!! en l’espace de 3 ans … et cela sans que personne ne s’en rende vraiment compte car les cartes de crédit, toujours de plus en plus nombreuses, facilement distribuées et approvisionnées et ré-approvisionnées, compensaient allégrement cettte “formalité” que représente le chiffre du salaire effectif sur une feuille de paye : moins de salaire mais plus de sous … que demande le peuple !

Le chômage : En hausse constante depuis au moins 5 ans ! Là encore les chiffres n’ont pas d’importance aux USA : Les enfants de 14 ans qui remplacent des adultes dans les “fast-food”, les garages, les commerces ….aprés leur école ; “gonflent” les chiffres de l’économie.

Les adultes, eux, qui vivent de “petits boulots” (services aux particuliers sans être déclarés) et sans être inscrits au chômage (et pour cause, ils n’ont jamais travaillé officillement) , ne rentrent pas en compte dans les statistiques. Les “demi-adultes” (16/18 ans) qui travaillent officiellement dans divers services (surtout le commerce, la prestation de service…) 20 heures par semaine ou moins pour gagner 3 dollars de l’heure, ne rentrent pas en compte dans les statistiques non plus… pas plus que ne “comptent” les intérimaires “particuliers”, les retraités qui (re)travaillent, les clandestins etc… qui font touner l’économie, qui sont “virés” du jour au lendemain mais qui ne sont jamais chômeurs officiels. Aux USA, les seuls chômeurs existants officiellement sont ceux que l’on ne peut pas cacher et qui viennent des “majors” (Ford, Microsoft…et alias)

Calculs faits, aujourd’hui le taux de chômage aux USA, rapporté au chômage effectif est comparable au chiffre de 1930 ! : pas 7.2 % comme annoncé mais AU MOINS 20 % … sans compter les enfants et les personnes de plus de 75 ans qui sont obligés de travailler !

Mais là encore… Quelle importance ! Chômeur ou pas, petit salaire ou pas… les cartes de crédit fonctionnent (FONCTIONNAIENT plutôt) à fond. Le petit salaire est utile et intéressant que pour l’argent de poche de l’adolescent ou pour les “menus frais” que l’on ne peut payer avec la C.C ou pour les “faux-frais inavouables” ou chez certains “commerçants” de rue qui n’acceptent pas les C.C !

Moins de travaill, plus de sous…que demande le peuple ! Et de toute façon, l’Amérique est grande et puissante, elle s’en remettra et se plaindre là bas, “ça ne se fait pas”. Alors on “suit la manoeuvre” et on la ferme !

L’immobilier :
80 millions ( QUATRE VINGT MILLIONS) de maisons baties en moins de 15 ans ! La moyenne au dessus de $200.000 ré-évaluées à leur “apogée” à $450.000 ou plus (d’où des crédits hypothécaires faciles de plus du double de celui de la maison EN PLUS de celui de la maison) et celà à des foyers gagnant moins de $2000 par mois.

Au début des remboursement “aisés” puis, aidés en cela par les taux variables et la décroissance des prix de leur maison, des primes réclamées dépassant les salaires !

La “reprise” :
Je ris quand je lis hier qu’une reprise des ventes de l’immobilier ancien est effective aux USA !!! +6.5 % en décembre !!! J’ai l’impresssion que la nouvelle administration excelle plus que tout autre dans la manipulation des statistiques (et je n’aimais pas Bush !) En fait, effectivement les maisons “anciennes” (baties entre 1985 et 2000… voire en construction) se vendent mieux depuis quelques mois … mais à qui ?

Pas à la population américaine qui continue à être saisie ou à “laisser tomber” son bien avant l’arrivée de la police … mais à des investisseurs étrangers Russes, Chinois, Français (et oui)….Soit à des particuliers pour les vacances, résidences secondaires… mais surtout à des sociétés (banques….) qui attendent des jours meilleurs en achetant aujourd’hui des biens 50 ou 70% en dessous de leur “valeur” ! Depuis l’automne 2008, les voyages organisés par des agences autrefois spécialisées dans le tourisme d’affaire, les visites d’entreprises etc… se sont reconverties dans les visites de maisons, de condo…

Des ventes accrues aussi …mais aux banques et au gouvernement US !!!! Et oui, elles sont en faillite les banques US mais savent reconvertir leurs saisies en location pour les personnes qui ne les payent plus …idem pour le gouvernement qui “prétexte” qu’il faut bien loger les gens … d’où autant de maisons en moins sur le marché de la “vente officielle” qui fait tomber les chiffres des statistiques !

Au contraire, si on excepte ces tours de passe-passe, le nombre de “foreclosures”, de “pre-forclosures”, de “owners sales”, les “bank owned”, les “auction”…. est en constante et rapide progression, touchant même maintenant la classe moyenne supérieure (un peu l’équivalent des cadres supérieurs en France).

A celà, il faut ajouter les milliers de maisons DEJA PAYEES ou faisant partie de biens de famille, d’héritages… qui ont servi d’hypothéque à un ou plusieurs crédits à la consommation (voitures, meubles, travaux etc…) qui sont saisies pour honorer cette hypothéque. Certaines de ces maisons sont saisies pour le prix de la voiture, de la télé, des études des enfants, des soins médicaux… qu’elles garantissent mais SANS ENTRER dans les statistiques des agents immobiliers et du gouvernements (qui ne prennent en compte que les crédits immobiliers). Les USA sont les rois du traffic de chiffres !

Les retraites et le “social” :
Je n’ose même pas en parler tant les perspectives d’avenir sont anéanties pour la plupart des “vieux” (en retraite ou qui le seront dans les 10 ans). Les entreprises, gestionnaires des fonds de pension sont en faillite aprés avoir “investi” les fonds de pension ou les avoir utilisé pour essayer de limiter les dégats dans l’entreprise elle même en faillite !

La plupart des gens ont une retraite par capitalisation sur base de rente viagère (biens dont il estime la valeur aux yeux des futurs actifs). Avec la chute de l’immobilier et/ou la saisie de leur bien, ils perdent 80% de leur retraite , ne leur restant plus que la part de “Social Security” soit… presque rien (10…20%) !
Je n’ose pas non plus penser à la génération actuellement scolarisée (disons entre 15 et 25 ans). C’est une génération virtuellement sacrifiée par le systéme. Elle n’aura pas le temps de se faire une retraite (en supposant qu’elle ait la possibilité de se trouver un emploi) ni de capitaliser quoi que ce soit.

Les étudiants laissent tomber leurs études (contraints ou forcés) aprés 1, 2 ou 3 ans ou avant la fin de leurs études, faute de pouvoir payer les premieres primes de leur prêt étudiant pourtant “garanti” pour une scolarité longue de 7…10 ans … mais qu’ils devront quand même rembourser “à fond” sur 15 ou 20 ans dès qu’ils auront trouvé un (petit) job !

Les universités (d’abord privées puis d’état…car ceux ci sont en faillite .. AUSSI !), ferment les unes aprés les autres ou limitent leurs inscriptions aux plus favorisés aprés avoir limité les embauches de profs, les investissements ….
Maintenant les “schools”, les “academies”, les “colleges” … sont touchés. Des ados ne sont plus scolarisés ou le sont partiellement.
Dans 10 ans, les USA seront en pénurie d’ingénieurs, de médecins…si ce n’est déjà le cas !

Je n’ose pas non plus parler du “Medic” !
Les soins sont hors de portée de la classe “basse” (bien sûr) mais moyenne et aussi maintenant “moyenne supérieure” ! Les enfants scolarisés au dessus de la “high”, ne sont plus pour la plupart, pris en charge sur l’assurance de leurs parents et doivent faire l’objet d’une assurance particulière, plus chère encore que celle de leurs parents parce qu’ils ne travaillent pas et n’ont pas de biens propres ! Des personnes PAR CENTAINES meurent tous les jours faute de soins aux USA … et on ne le sais ou on ne le dis pas !

Des personnes, des enfants … qui pourraient être soignés ou guéris ne le sont pas faute de $ … ou parce que les hopitaux, les soignants refusent maintenant les C.C, n’ayant plus confiance aux banques et au système financier. Là aussi, la plupart du temps, les assurances sont indexées sur la valeur des biens : plus de biens ou biens dont la valeur décroît = plus d’assurance ou assurance plus chère !

La liste est longue et ma description bien que paraîssant “catastrophique” n’en reflète pas pour autant la limite. La REALITE est bien pire encore aux USA , le “premier” pays de la planète. J’y ai vécu, j’ai été une “green-card” et une américaine convaincue de vivre dans le plus beau pays du monde !

J’en suis revenue, non pas “déçue” (enfin quand même un peu) mais surtout EN COLERE aprés moi même d’être rentrée ainsi dans un système trop beau pour être vrai et surtout d’y avoir placé mes enfants.

Les USA sont un “eden virtuel” où les habitants sont manipulés par le système qui les “empêche” par la facilité qu’il procure (procurait plutôt car tout est bel et bien fini) de se rendre compte des réalités. C’est comme une grande secte où le gourou-crédit décide de tout mais en vous donnant l’impression de décider vous même en vous ôtant tout “soucis”, toute difficulté financière pour le peu que vous ayez accés à la carte à puce miraculeuse (et 85% de la population y a accés… suffit d’ouvrir sa boîte à lettre le matin pour en avoir une nouvelle, une de plus !)

Ils sont un “eden virtuel” placé sous le signe de la religion, du “tout beau, tout gentil”…mais où les sheriffs tirent dans le dos des délinquants (surtout si ils ne sont pas blancs ou propres sur eux) et où les gosses se promènent des les écoles avec des couteaux ou des armes !

Une religion omni-présente qui décide en couvert, même de la politique, du social, des “communities”…mais qui, lorsque les gens sont en difficulté, qu’ils ne peuvent plus sortir leur C.C…ne se montre pas ou les rejète du système.

Je vais arrêter là en ajoutant simplement qu’à la différence de (peut-être) 200 millions de personnes aux USA, j’ai la chance d’avoir une autre nationalité ! Aujourd’hui je suis fière et CONTENTE d’être française et je peux affirmer qu’il faut vivre hors de France pour comprendre la beauté de ce pays et les avantages de son système social et aussi des “avantages” de la mentalité du français moyen… Râleur, bougon, pas forcément “propre sur lui”, poli et tout beau tout gentil…mais ô combien solidaire et franc quand “ça va mal” ! UN système certes certainement “imparfait” ou perfectible mais ô combien “rassurant” quand on a connu celui du “premier pays” !

Aux USA, la Louisiane et décombres n’a reçu AUCUNE aide du gouvernement ou des autres états. La Californie en feu, brule sous l’indifférence de tous …

En France, une tempête à Maubeuge ou à Bordeaux et c’est le pays entier qui se mobilise… y compris les DOM-TOM !

Merci de m’avoir lu !

De : Catherine
mardi 27 janvier 2009

« La crise sera longue et difficile » nous répète inlassablement le disque rayé « La voix de son maître ». Mais personne n’explique, pas même dans les grandes lignes, ce à quoi il faut s’attendre, ou, pour le moins, ce à quoi on pourrait s’attendre. La planète dispose de milliers de cerveaux sur-diplômés, sortis de ces universités dont le seul nom impose le respect, des milliers de génies capables de conjecturer sur les possibles, mais entre les réputations de carrière qui empêchent de se prononcer, et le silence radio imposé au personnel habilité, c’est un véritable calvaire que d’obtenir ne serait-ce qu’un gradient de potentialités sur l’avenir. Ceux qui se sont réellement détachés par des visions détaillées se comptent sur les doigts.

Un article très intéressant sur Agoravox

J’avoue qu’en ce moment ce n’est pas la joie. Je me suis intéressé depuis 2005 à la bulle immobilière et ses conséquences. A l’époque, le fait de parler d’une éventuelle baisse du prix des tas de briques déclenchait sourires et sarcasmes. Banquiers et agents immobiliers, maitres du jeu sur leurs pieds d’Estal, contrôlaient la conscience de notre bon peuple avec l’aide de notre JPP et de son 13H champêtre (et tous les autres bien sur).

Au cours des années 2006-2007, les informations que j’obtenais étaient déjà catastrophique. De grands économistes distillaient des rapports de plus en plus alarmistes.

Dès début 2007 le cours en bourse des sociétés immobilières sur la place de Paris commençait a baisser.

Fin 2007, Fannie Mae commençait à descendre en enfer sur la place de Wall Street, emportant avec elle (et Freddy Mac) 5000 Milliards de $ de crédits pourris, c’est à dire de crédits contractés par des familles américaines pauvres dans l’incapacité de rembourser.

A cette époque, le monde dansait encore.

Il faut bien comprendre un chose, très importante, ce qui se passe aujourd’hui était prévisible, tellement prévisible que je me demande parfois si ce n’était pas prévu..bref..

Alors pourquoi parler de cet article sur Agoravox ? tout simplement parce que je le trouve réaliste et qu’il concorde avec tout ce qu’on peut anticiper en ce moment. Ce n’est pas une question de croyance (je ne dis pas : je crois ou je ne crois pas que ça va arriver), je suis persuadé que nous y allons.

Nous rentrons dans une dépression d’une force incroyable et les actions des gouvernements n’y feront rien, ou peut-être si, amplifier la faiblesse des monnaies en continuant à emprunter des sommes folles à des pays qui finiront bien par ne plus y croire (cette semaine, l’Allemagne a eu un mal fou a boucler un prêt de 7 milliard d’€, pourtant ce n’est pas grand chose) ou tout simplement qui n’en auront même plus la capacité. Déjà la Chine et les USA sont en guerre : Qui imprimera le plus de papier monnaie. Demain des taux d’intérêts à 0%, après demain des taux d’intérêt négatifs ? Il sera plus avantageux de se torcher avec des billets qu’avec du papier toilette acheté avec ces même billets.

Et nous voila entre les 2 guerres, en pleine monté du Nazisme…

Et puis soyons réaliste, Si Obama veut investir autant dans les énergies renouvelables, c’est parce que le départ d’Irak risque de fortement réduire les gisements pétroliers accessibles aux états unis, et une armée sans pétrole n’est rien. Pour conserver l’indépendance énergétique, l’Otan va devoir considérablement moderniser son matériel.

L’année 2009 et les quelques années qui vont suivre vont être catastrophique. Contrairement à ce qu’on essaye de nous faire croire, les jeunes Grecs qui cassent des banques ne sont ni des anarchistes ultra gauchistes, ni des jeunes de quartiers sensibles, mais simplement une génération à 600€ par mois.

Je n’ai même plus vraiment le goût a parler d’écologie pour être honnête, désolé pour cet hyper pessimisme avant les fêtes mais en tant que blogueur, je me doit aussi de faire passer l’information quand elle me parait grave.

Un documentaire réalisé par la LYM (LaRouche Youth Movement) appelant à une urgente réaction à l’explosion du système financier et monétaire international.

La fin du film appelle à soutenir les propositions de Lyndon Larouche, polémiste, homme politique et essayiste américain.

Si ces propositions me paraissent un peu légère (il propose de repartir sur un système productiviste long terme, quid des ressources naturelles et du réchauffement climatique), une grande partie de ce documentaire reprend les grands principes historiques qui ont amené aux deux guerres mondiales, et particulièrement l’entre-deux guerres, la genèse de l’hyperinflation de 1923 en Allemagne et la mise en place du fascisme.

http://www.dailymotion.com/video/x50ixh_firewall-en-dfense-de-letatnation-l_news

… va baisser avec le prix du pétrole.
Rappelez vous : manger 1kg de tomate c’est manger 1kg de fuel lourd.

C’est mathématique…

Haaa les sciences de la vie !!

L’interview de Jean pierre Berlan, tiré du documentaire Alerte a Babylon que je recommande très vivement à tout ceux qui ne l’ont pas vu.

Une piquouse de rapel en passant.

Greenpod.fr c’est chaque semaine, 3 min d’actu verte et durable avec Georges Pérez le premier présentateur 100 % Biodégradable. C’est un tour de la presse et du web, en images sur les thèmes du développement durable.Tout est dit !!

En tout cas j’aime bien le style, le format et le contenu.

C’est dans mon lecteur RSS… et c’est rare :)

Rendez-vous sur greenpod.fr

Il y a, parmi tous les jeux Flashs que l’on trouve par-ci par-là en gambadant sur la toile, quelques perles qui s’avèrent être très vite des mangeurs de temps, des bourreaux de productivité et des faiseurs d’autistes.

Fantastic Contraption est différent. Il a beau revêtir ce caractère obsédant que les geeks connaissent bien, il est pourtant, de par nature, assez peu addictif et rien que pour ça, il mérite d’être connu.

Fantastic Contraption est un jeu de construction élaboré avec un moteur physique incluant la gravité, les frottements, l’élasticité des matériaux…Etc…

Pour chaque tableau, il faut amener un objet jusqu’à un espace défini par une zone rose, en utilisant à volonté et selon son ingéniosité les 5 éléments à dispositions :

– 3 types de roues . deux motorisées tournant dans un sens et dans l’autre et une non motorisée. Elles ont une attache centrale et 4 attaches aux points cardinaux.
– 2 types de segments, l’un bleu, pouvant se croiser avec les autres objets et l’autre plus robuste ne pouvant croiser que les segments bleus. Les 2 bouts sont des attaches.
Passé les 20 premiers niveaux gratuits, le site demande un paiement de 10$ via Paypal mais je garanti que ça vaut vraiment le coup.

On a alors accès a des milliers de tableaux créés par la communauté de joueurs, car le système inclut un éditeur. Mais on a aussi et surtout accès aux solutions de ceux qui décident de les publier.

C’est vraiment marrant de voir a quel point on a pu se donner un mal fou a trouver une solution alors qu’une toute simple existe, et vice versa. De découvrir des solutions hyper-farfelues ou hyper-ingénieuses. On découvre des systèmes qu’on aurait jamais imaginé pouvoir faire avec ces 5 éléments et finalement on se prend a fabriquer des contrepoids, des cordes, des catapultes, des ponts extensibles, des chariots, des multiplicateurs de puissance moteur…. Je vous laisse découvrir tout cela !!
Voila un jeu agréable et calme, plein de surprises, simple à prendre en main, faisant bien travailler les neurones, riche d’une communauté active et le tout ça dans un graphisme sobre et planant, ça se passe en effet dans les nuages :)

A mon sens, un jeu éthique et pour tous les ages.

Fantastic contraption

Rien que la Bande annonce vaut le coup d’être vue.

Connaissant Pelamis Wave Power depuis longtemps (anciennement Ocean Power Delivery, Voir l’article du 2 Août 2007), ayant quelques amis y travaillant, je ne m’attendais pas à les voir un jour bosser directement avec Google.

C’est le 11 septembre 2008 que le New York Times lance l’info, affirmant que Google a déposé un brevet pour monter des datacenters en mer.

Le point numéro 5 du brevet évoque en effet l’utilisation du procédé Pélamis.

Un petit coup de MSN avec mon ami Arnaud, travaillant du coté de Porto au montage de la première ferme commerciale Pélamis et j’ai vite désenchanté.

Sa première réaction : « ils ont bien fumé chez Google » :))
En effet la discussion a vite tourné autour des abérations du projet.

Au plus la houle est forte, au plus Pélamis est efficace. Il faut donc l’installer là ou ça bouge le plus, et le plus souvent possible. Imaginez donc… Vous êtes responsable matériel d’un datacenter flottant, avec des creux de 10m tout au long de l’année, en train de changer des disques durs et des barrettes de RAM. Bien sur, vous ne rentrez pas chez vous le soir et vivez sur place. Tout ça sans parler de l’entretiens du bateau, la logistique, les équipes se relayant, le câblage sous-marins (redondant bien sur, c’est un datacenter)…. Alors ?? et oui …. C’est n’importe quoi quand on y pense !!

Alors si on met le Datacenter sur une plate forme type pétrolière. A part le fait que ça ne bouge plus, les autres problèmes restent. A la rigueur autant être à terre. A moins que l’idée soit d’être en zone internationale pour ne pas payer de taxes…. ça me parait gros.

Sinon ils parlent aussi du fait d’amener les datacenters sur des barges vers des zones isolées. A ben voila.. Pélamis au large, la barge dans une baie bien a l’abri, amarée pour faciliter la logistique…. et là c’est super !! la seule habitation a 20 km à la ronde a un ping de 5 ms et un débit de 1G…ha mais non, ils n’ont pas d’abonnement internet, ils ne savent pas ce que c’est…. Et oui… c’est une zone isolée
Bon alors peut-être pour l’armée… voila, à la rigueur la seule raison qui semble valable. C’est bien les seuls capables de se faire faire des trucs aussi cons.

Alors si quelqu’un d’entre vous a une idée, moi je sèche :)

Le tout dernier et récent prix Nobel d’économie Paul Krugman est aussi un polémiste redoutable, qui, au cours des années 2001-2005 fut un des rares à dire son fait au président Bush à propos de sa politique économique et de l’Irak. Il fut aussi un des rares à prévoir l’explosion de la bulle immobilière et la crise financière qui en découle. Comme il le souligne aujourd’hui « La crise a déclenché d’énormes forces négatives dans l’économie réelle et une récession grave est probable« .

Afin de relancer la machine suite a la grande dépression de 1929, Roosevelt avait longuement tatoné et expérimenté de nombreuses pistes avant de commencer à retrouver une certaine croissance et une certaine redistribution des richesse a partir de 1933 grâce à son New Deal.

Pour Krugman, aujourd’hui la question n’est plus d’encourager l’industrie, l’agriculture intensive ou de grands travaux, mais de créer de l’emploi en rendant la planète plus vivable.
La crise que nous vivons est une chance formidable. Il faut encourager et allouer plus de ressources à l’environnement. 1929 avait donné naissance à l’état providence moderne, 2008 doit donner naissance à l’état ecolo moderne. Le new Deal ecolo !

En ce sens, il anticipe et partage peut-être l’analyse d’Eric Janszen qui prévoyait il y a quelques mois de ça, une bulle des énergies alternatives dans les prochaines années.

Il est vrai que si les matières premières (dont le pétrole fait parti) se cassent la figure depuis quelques mois sur les marchés, dû à une anticipation de la forte récession a venir, il est évident que d’ici quelques mois ou années, la tendance s’inverse et les prix de l’énergie montent à des niveaux inconnus a ce jour.
A cela 3 raisons majeures :

– Le pic pétrolier que l’on dit dernière nous depuis longtemps va finir par se faire sentir. En effet la baisse de pression des grands gisements oblige le pompage, ce qui coute beaucoup plus cher.

– La baisse des prix entraine à terme une baisse de production. L’exploitation de pétrole devenant de plus en plus en difficile, son inertie grandie. La relance ou le ralentissement de la production a un temps de retard de plus en plus important sur les besoins réels. Par exemple, l’exploitation des sables bitumineux en Alberta, Canada (40% des importations US de pétrole) n’est rentable qu’a partir de 80$ le baril (+20$ par rapport a l’an dernier). Ce qui implique que la baisse actuelle risque de voir certains exploitants les plus faibles mettre la clé sous la porte. La relance d’une exploitation intensive sera d’autant plus dure.

– La demande de plus en plus forte en énergie des pays émergents. En effet, la fin de cette crise mondiale verra dans quelques années le retour d’une croissance économique globalisée. Aucune chance pour que l’exploitation des matières première suive un tel monstre que sera devenue une économie globale avide d’énergie.

Une quatrième raison de l’envolée des prix des matières premières peut aussi passer par une période d’hyper inflation suite à une période de forte déflation (qui pourrait débuter par ce qu’il se passe en ce moment sur les matières premières). La planche a billet de nos banques centrales tournant a plein régime en ce moment, l’effet de dilution et donc la perte de valeur de la monnaie papier pourrait à terme entrainer l’économie dans une inflation galopante.

Une hausse des prix de l’énergie entraine un engouement des énergies renouvelables. Le dernier salon de l’automobile de Paris, qui a montré une belle vitrine de voitures propres, est un bel exemple de l’effet pétrole cher.

Le pétrole cher est une opportunité et cette crise une chance de changer beaucoup de choses, même si, comme pour beaucoup d’entre vous sans doute, les prochaines années m’inquiètent.

cours du petrole

Il faut espérer que cette baisse soudaine du cours du brut ne nous fasse pas changer de cap sur les énergies propres, car il est plus que probable que dans les mois ou années qui viennent, il remonte aussi vite et bien plus haut.

« Page précédentePage suivante »

Powered by Wordpress
©2006-2017 EkOolos